RETOUR - Page précédente

Mesurer le bien-être à l'échelle d'un projet urbain ? Un tour d'horizon des méthodes de quantification du bien-être social

L’une des originalités du projet de Modélisation Urbaine du quartier de Gerland (MUG) consiste à intégrer une dimension sociale et sociétale comme paramètre du futur modélisateur. Il pourrait par exemple s’agir d’anticiper l’impact de tel ou tel aménagement sur le bien-être ou la qualité de vie des habitants ou des usagers du quartier. Mais si l’intention est louable, la difficulté est également immense puisque, contrairement à la richesse économique, le bien-être ou la qualité de vie sont des concepts à la fois peu stabilisés, éminemment pluridimensionnels et pour partie subjectifs. Autrement dit, il s’agit de fournir des éléments statistiques (les plus solides possibles) sur la base de concepts particulièrement « mous ». L’objet de ce travail consiste donc à essayer de comprendre comment ce passage d’un « concept mou » à une « statistique dure » peut s’opérer, en nous focalisant particulièrement sur la notion de bien-être. Trois méthodes, illustrées par plusieurs cas concrets, ont particulièrement attiré notre attention : une première basée sur l’agrégation de données objectives ; une seconde fondée sur l’analyse de données subjectives ; et enfin une troisième mêlant données subjectives et objectives.

 

Téléchargez le document complet

 

[ Information provenant de l'Appa Nord - Pas de Calais ]

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales