RETOUR - Page précédente

Substances potentiellement nocives dans les poussières des milieux intérieurs : résultats d’une méta-analyse effectuée à partir d’études américaines

Il est reconnu que les populations des pays industrialisés passent plus de 90 % de leur temps dans les milieux intérieurs, un comportement qui engendre des enjeux de santé publique propres à ce type d’environnement. En effet, les bâtiments publics et privés abritant ces populations sont constitués, meublés et décorés de matériaux synthétiques qui sont susceptibles d’émettre et de disperser diverses substances organiques potentiellement nocives pour les occupants. De plus, la présence de certains produits de consommation, de même que l’utilisation de produits de nettoyage et de fragrances, tendent à accentuer la charge et la diversité de ces substances dans les milieux intérieurs. L’exposition à ces dernières est généralement plus importante dans les environnements intérieurs qui ne sont pas adéquatement entretenus ou mal ventilés.

Selon Miltro et al. (2016), l’exposition populationnelle à certains composés, tels des phtalates (p. ex. agents plastifiants), des phénols (additifs pour résine de synthèse et solvants) et d’autres substances organiques contenant entre autres des halogènes (comme les retardateurs de flamme), est à présent bien documentée, notamment chez les populations vulnérables (femmes enceintes et enfants). Selon ces auteurs, l’exposition, tant ponctuelle que chronique, à ces substances est associée à une incidence accrue de problèmes du système reproducteur, de perturbations du système endocrinien, de retards comportemental et cognitif chez les enfants, de dysfonctions immunitaires, de prédispositions atopiques (tel l’asthme), de cancers et d’autres maladies chroniques.

Miltro et al. (2016) rapportent qu’il demeure difficile d’effectuer une caractérisation adéquate de la contamination moyenne des milieux intérieurs par les composés organiques semi-volatils (COSV), autant qu’une évaluation de l’exposition cumulative à ces dernières, compte tenu du fait que la majorité des études effectuées à ce sujet portent plus spécifiquement sur l’une ou l’autre de ces substances, et non pas sur les effets synergiques. De plus, les études recensées traitent généralement des échantillons populationnels de petite taille ou encore de certains sous-groupes de la population (enfants), ce qui limite grandement l’extrapolation des conclusions de ces études. Par ailleurs, une meilleure compréhension de l’exposition cumulée aux produits contenus dans les poussières permettrait de mieux anticiper les impacts sanitaires potentiels et de procéder à une priorisation du développement d’avenues de gestion au regard des composés jugés plus problématiques.

Les COSV regroupent des substances qui se dissipent et s’accumulent dans les milieux intérieurs, tant sous forme d’émanations gazeuses que de condensats (aérosols), avec une répartition entre ces deux phases qui évolue selon les conditions du milieu. La poussière présente dans les milieux intérieurs peut d’ailleurs constituer une matrice d’intérêt pour évaluer l’exposition des occupants à ces substances. Puisque les coefficients de partition à l’équilibre sont connus pour la majorité des molécules associées aux COSV, l’étude des poussières permet d’estimer l’exposition des occupants à ces dernières, et ce, tant par le biais de l’inhalation et de l’ingestion que du contact cutané. Cette exposition serait par ailleurs plus élevée chez les jeunes enfants puisqu’ils évoluent près du sol et ont tendance à porter leurs mains ainsi que divers objets à leur bouche.

C’est dans ce contexte que Miltro et al. (2016) ont entrepris de répertorier l’ensemble des données disponibles concernant la présence de COSV dans des poussières domestiques d’habitations américaines. Cette méta-analyse vise également à quantifier des concentrations moyennes pour chacune des cinq classes de COSV considérées (voir encadré) en vue d’estimer des doses d’exposition moyennes pour différentes populations et de discuter des risques sanitaires associés.

Lire le résumé de l'étude

[ Information provenant de l'Appa Nord - Pas de Calais ]

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales