RETOUR - Page précédente
Air Pur 75

Air Pur 75 - Eléments traces métalliques

 

Sommaire

  • Editorial par Patrice CODDEVILLE
  • La connaissance des Eléments Traces Métalliques : un défi pour la gestion de l’environnement : A. GOUZY et G.DUCOS - Lire le résumé - Télécharger l'article, 3,84 Mo

  • Solubilité des ETM atmosphériques dans l'eau : K. DEBOUDT et P.FLAMENT - Lire le résumé - Télécharger l'article, 3,86 Mo

  • Principales méthodes de prélèvement et d'analyse des émissions métalliques dans l'atmosphère : L. ALLEMAN, F.MATHE - Lire le résumé - Télécharger l'article, 3,75 Mo

  • Analyse des Eléments Traces Métalliques dans les particules atmosphériques par micro-imageries : S.SOBANSKA, M.CHOEL, J.BARBILLAT, J.RIMETZ-PLANCHON, M.MOREAU, C.BREMARD - Lire le résumé - Télécharger l'article, 3,68 Mo

  • La surveillance des métaux lourds en Nord-Pas de Calais : un regard sur 25 années : A.ANQUEZ - Lire le résumé - Télécharger l'article, 3,24 Mo

  • Contribution des transports aux enjeux sanitaires des Eléments Traces Métalliques : C. BUGAJNY - Lire le résumé

  • Protocole d’Aarhus sur les métaux lourds : un processus de révision déjà en marche : E. FIANI - Lire le résumé

  • Dépistage du saturnisme chez les enfants scolarisés dans les écoles maternelles des communes de Hornaing, Erre et Hélesmes en 2008 : A.S BARRET, C.HEYMAN, P.JEHANNIN, C.DESCAMPS, C.DECLERCQ - Lire le résumé

  • Facteurs d’imprégnation au plomb d’enfants résidants à proximité de sites métallurgiques du Nord et du Pas-de-Calais : M. MAZZUCA, A.LEROYER, C.GUEUDRE, V.LOEZ, M.LECLERCQ, J.M. HAGUENOER - Lire le résumé

  • Aperçu bibliographique sur la contamination du lait maternel par les polluants environnementaux. I. : les Eléments Traces Métalliques : D. CUNY - Lire le résumé - Télécharger l'article, 1,20 Mo

  • Biosurveillance végétale et fongique des Eléments Traces Métalliques : M.A. RZEPKA, D.CUNY - Lire le résumé - Télécharger l'article, 435 Ko

 

Voir tous les numéros 

Résumés des articles

La connaissance des Eléments Traces Métalliques : un défi pour la gestion de l’environnement : A. GOUZY et G.DUCOS - Télécharger l'article, 3,84 Mo

Les Éléments Traces Métalliques (ou ETM) ont été ou sont encore utilisés dans de très nombreuses applications (industrielles, médicales, agricoles…). Ces usages ont pu entraîner le relargage dans l’environnement d’une partie des quantités utilisées de certains de ces éléments. Or ces ETM peuvent présenter à la fois une importante persistance dans le milieu naturel et une toxicité et/ou écotoxicité avérée. La gestion de la présence de ces éléments dans tous les compartiments de l’environnement (eau, air et sol) constitue donc un défi qui se heurte souvent à la disponibilité, l’exhaustivité ou la justesse des données. Dans ce cadre, et pour certains éléments traces métalliques, l’INERIS a mené un travail de compilation sur les sources de contamination, les process industriels les mettant en jeu, les différentes possibilités d’abattement des rejets et leurs coûts.

Haut de page 

Solubilité des ETM atmosphériques dans l'eau : K. DEBOUDT et P.FLAMENT - Télécharger l'article, 3,86 Mo

La biodisponibilité et la mobilité des Eléments Traces Métalliques (ETM) atmosphériques dans l’environnement sont fortement accrues par leur solubilisation en milieu aqueux. Une des voies importantes de retrait des ETM de l’atmosphère est le dépôt humide. Son efficacité dépend de nombreux paramètres tels que la distribution granulométrique des particules associées aux ETM, la proximité des sources ou les caractéristiques des précipitations. Lorsque le contact des aérosols contenant des ETM avec la phase aqueuse est établi, le pH de la phase aqueuse, l’éventuelle présence d’agents complexants et le type de liaisons liant les ETM aux constituants majeurs des aérosols joueront un rôle déterminant sur leur solubilité.

Haut de page 

Principales méthodes de prélèvement et d'analyse des émissions métalliques dans l'atmosphère : L. ALLEMAN, F.MATHE - Télécharger l'article, 3,75 Mo

Les éléments traces, principalement sous forme particulaire dans l’air ambiant sont à des teneurs extrêmement faibles, nécessitant le développement de techniques de collectes et d’analyses particulièrement sensibles. Ces composés, à la fois excellent traceurs de sources mais également potentiellement toxiques pour l’environnement et la santé humaine ont nécessité le développement de très nombreuses méthodes spécifiquement adaptées aux exigences des différentes problématiques de recherche. L’accélération des avancées technologiques dans le domaine est l’occasion de faire le point sur les méthodes de prélèvement et d’analyse actuellement utilisées pour l’étude des éléments traces dans les particules atmosphériques et d’évoquer les perspectives à court terme dans ce domaine.

Haut de page 

Analyse des Eléments Traces Métalliques dans les particules atmosphériques par micro-imageries : S.SOBANSKA, M.CHOEL, J.BARBILLAT, J.RIMETZ-PLANCHON, M.MOREAU, C.BREMARD - Télécharger l'article, 3,68 Mo

La caractérisation des particules d’aérosols individuelles présente un grand intérêt pour l’étude des processus de chimie atmosphérique. Parmi les techniques utilisées pour caractériser les particules contenant des éléments traces métalliques (ETM), la microscopie électronique analytique et la microspectrométrie Raman sont les mieux adaptées. Leur résolution spatiale permet de sonder des particules de taille inférieure à 1 μm et d’apporter des renseignements uniques au niveau des dimensions, de la morphologie et des compositions élémentaire et moléculaire des particules. De plus, la microspectrométrie Raman associée aux traitements chimiométriques des données est capable de résoudre l’hétérogénéité des échantillons même à l’échelle du micron. Ainsi, la reconstitution de la structure de l’aérosol de pollution contribue à une meilleure compréhension des processus de formation et de vieillissement atmosphérique des particules.

Haut de page 

La surveillance des métaux lourds en Nord-Pas de Calais : un regard sur 25 années : A.ANQUEZ - Télécharger l'article, 3,24 Mo

Le Nord-Pas de Calais se caractérise par un contexte industriel développé et diversifié : chimie, sidérurgie, métallurgie, industries automobiles, industries agroalimentaires, UIOM, etc… Quel que soit l’élément métallique concerné, la première source des émissions en Nord-Pas de Calais est le secteur de l’industrie manufacturière. La stratégie d’Atmo Nord-Pas de Calais, association régionale agréée pour la surveillance de la qualité de l’air, permet d’assurer depuis 25 années la surveillance des métaux et de la développer sur divers types d’environnements : zone urbaine, proximité d’émetteurs industriels, UIOM, air intérieur… Elle permet ainsi d’affiner la connaissance du territoire régional et d’ajuster au mieux l’évaluation à plus fine échelle. La surveillance historique a montré une nette diminution des concentrations en plomb, depuis notamment l’apparition de l’essence sans plomb et les efforts entrepris pour le traitement des poussières d’origines industrielles.

Haut de page 

Contribution des transports aux enjeux sanitaires des Eléments Traces Métalliques : C. BUGAJNY

Cet article présente une analyse de la contribution des transports aux enjeux sanitaires des ETM , basée sur le croisement des connaissances qualitatives et quantitatives portant sur les émissions unitaires des véhicules et l’identification des impacts sanitaires associés aux composés. Après un historique de problématique largement concentré sur le plomb, les inventaires d’émissions mettent en évidence l’importance du Cu, provenant essentiellement du phénomène d’usure des plaquettes de freins. L’enjeu sanitaire des ETM porte cependant essentiellement sur le chrome, le nickel, le cadmium et l’arsenic, avec des effets cancérigènes pouvant être induits principalement par une exposition chronique par inhalation. Cet effet se retrouve par la voie ingestion pour l’arsenic de manière spécifique. Les sources d’émission concernent l’échappement, mais également l’usage des équipements automobiles et l’entretien des voies. La surveillance des teneurs en ETM dans ce contexte est particulièrement importante en situation de proximité routière, en particulier pour les voies en remblai.

Haut de page 

Protocole d’Aarhus sur les métaux lourds : un processus de révision déjà en marche : E. FIANI

Le Protocole d’Aarhus relatif aux métaux lourds a été négocié dans le cadre de la Convention de Genève sur la Pollution Transfrontalière Longue Distance sous l’égide de la CEE-NU (Commission Economique pour l’Europe des Nations Unies) et a été signé le 24.06.1998. Ce Protocole, ratifié par la France le 26.07.2002, est entré en vigueur le 29.12.2003. Ce Protocole vise 3 métaux lourds : mercure, cadmium et plomb. Les obligations des Parties consistent à réduire leurs émissions sous les niveaux de 1990, ou une autre année choisie entre 1985 et 1995. Les caractéristiques du Protocole actuel sont décrites : mesures sur les sources fixes et sur les produits. Les enjeux de la révision du Protocole sont également explicités.

Haut de page

Dépistage du saturnisme chez les enfants scolarisés dans les écoles maternelles des communes de Hornaing, Erre et Hélesmes en 2008 : A.S BARRET, C.HEYMAN, P.JEHANNIN, C.DESCAMPS, C.DECLERCQ

Des cas d’intoxication au plomb (saturnisme) ont été détectés en 2006 et 2007 à Hornaing. Les premières investigations n’ont pas permis d’identifier l’origine du plomb pour certains enfants. Une source environnementale commune, à savoir la centrale thermique de production d’électricité, a été suspectée. Un dépistage a été proposé aux enfants scolarisés en maternelle à Hornaing et deux communes mitoyennes. Les objectifs étaient à la fois individuels (connaissance de l’imprégnation en plomb, prise en charge éventuelle…) et collectifs (étendue géographique, lien avec la centrale…). 240 plombémies ont été réalisées. Un seul résultat était élevé (entre 70 μg/L et 100 μg/L) et la moyenne géométrique était de 18,2 μg/L. Une fois les caractéristiques individuelles prises en compte, il n’y avait pas de relation entre la plombémie et la distance entre la cheminée et le domicile des enfants.

Haut de page

Facteurs d’imprégnation au plomb d’enfants résidants à proximité de sites métallurgiques du Nord et du Pas-de-Calais : M. MAZZUCA, A.LEROYER, C.GUEUDRE, V.LOEZ, M.LECLERCQ, J.M. HAGUENOER

L’objectif de ce travail a consisté à mieux connaître les déterminants à l’origine de plombémies élevées observées chez des enfants résidant à proximité de deux sites industriels, par une étude de type cas-témoins. Pour cela, sur la base de la campagne de dépistage du saturnisme 2004 - 2005 réalisée sur neuf communes, une comparaison des résultats d’investigations environnementales (sols, peintures, poussières, eau du robinet) et d’un questionnaire a été réalisée entre deux groupes d’enfants non appariés présentant des plombémies faibles et des plombémies élevées. Les résultats des analyses statistiques ont permis d’aboutir à la mise en place de préconisations afin de limiter les cas de saturnisme sur ce secteur bien défini.

Haut de page

Aperçu bibliographique sur la contamination du lait maternel par les polluants environnementaux. I. : les Eléments Traces Métalliques : D. CUNY - Télécharger l'article, 1,20 Mo

Le lait maternel est un aliment essentiel pour le jeune enfant. Il apporte de nombreux composés indispensables à son développement et permet également de le protéger contre diverses affections. A plus long terme, il a été montré notamment que l’allaitement participe à la prévention de l’obésité. L’exposition de la mère aux éléments traces métalliques dans l’environnement peut aboutir à leur présence dans le lait. Les travaux analysés dans cet article montrent que le risque pour l’enfant de dépasser les quantités admissibles est significatif uniquement lors d’expositions maternelles importantes (exposition professionnelle, alimentation fortement contaminée…). Ces travaux montrent également que le lait est un compartiment tout à fait intéressant à étudier dans le cadre d’études d’imprégnation des populations, apportant de nombreux renseignements. En effet, de nombreux paramètres, physiologiques, historiques, comportementaux ou encore socio-économiques ont été identifiés comme influant significativement sur les concentrations en éléments traces métalliques du lait maternel.

Haut de page 

Biosurveillance végétale et fongique des Eléments Traces Métalliques : M.A. RZEPKA, D.CUNY - Télécharger l'article, 435 Ko

Les Eléments Traces Métalliques atmosphériques (ETM) sont des polluants issus de différentes sources telles que les industries et le trafic routier, et dont la toxicité sur l’organisme humain a été démontrée dans de nombreuses études. Les méthodes de biosurveillance des ETM sont complémentaires aux mesures physico-chimiques. Elles se basent sur l’utilisation des organismes vivants, tels que les lichens, les mousses et certains végétaux supérieurs. Ces organismes capables d’accumuler les ETM sont utilisés pour mettre en évidence l’imprégnation de l’environnement par ces polluants. Les études de biosurveillance végétale et fongique permettent de localiser les sources majeures, et de suivre l’évolution de la contamination environnementale dans l’espace et/ou le temps. De plus, les études récentes associant biosurveillance et épidémiologie montrent qu’elles ont également leur place dans les études du risque sanitaire.

Haut de page


 

 

 

[ Voir tous les numéros ]
 

 

La revue Air Pur est réalisée par le Comité Nord - Pas de Calais grâce au soutien de ses adhérents, du Conseil Régional Nord-Pas de Calais, de la Délégation Régionale de l'ADEME et la DREAL.

 

Conseil Régional Nord Pas de Calais Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, délégation Nord Pas de Calais

 Direction régionale de l'environnement, Nord Pas de Calais, bassin Artois Picardie

 

 

[ Information provenant de l'Appa Nord - Pas de Calais ]

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales