RETOUR - Page précédente

Emissions des polluants issus des chauffages d’appoint au pétrole 

Etude démarrée en 2008 - fin prévue juin 2012

 

 

Les Poêles à Pétrole (PAP) sont des appareils de chauffage mobiles ne nécessitant pas d’être raccordés à une évacuation des gaz brûlés, d’où accumulation des produits de combustion dans la pièce, dont le monoxyde de carbone. En 2010, 6 % des intoxications aigues recensées en Nord – Pas de Calais étaient imputables aux PAP . On ignore par ailleurs le nombre d’intoxications chroniques qui peuvent être engendrées par des usages de ces chauffages souvent très différents de l’« appoint » tel qu’on l’entend communément. Une étude menée par l’APPA en 2002 avait en effet montré d’une part une exposition non négligeable au monoxyde de carbone , et d’autre part des durées d’utilisation supérieures à 6 heures par jour dans la quasi-totalité des cas. Les données recueillies dans le cadre du baromètre Santé Environnement de l’INPES en 2007 semblent confirmer ces comportements « à risque » des utilisateurs de chauffages d’appoint.

La question de l’exposition des occupants induite par une utilisation prolongée de ces appareils se pose donc, que ce soit en ce qui concerne les intoxications (aigues ou chroniques) au CO, ou d’autres pathologies, notamment respiratoires. L’APPA est ainsi fréquemment interpellée sur cette question par les acteurs de terrain avec lesquelles l’association travaille au niveau local : travailleurs sociaux, professionnels de santé de la Protection Maternelle et Infantile, réseaux locaux de santé... De nombreux professionnels expriment des inquiétudes quant aux effets que peuvent avoir ces chauffages, utilisés de manière parfois intensive, sur la santé respiratoire des jeunes enfants.

L’objectif du projet MP3 « Mesure des Polluants des Poêles à Pétrole » était d’une part de connaître plus précisément les polluants émis par les PAP, et d’autre part de bâtir, en associant aux partenaires d’autres chercheurs du secteur de la santé, les protocoles d’une étude épidémiologique consacrée aux effets de ces chauffages sur la santé respiratoire des enfants.

Dans une 1ère phase de MP3, les émissions de différents types de PAP ont été quantifiées en laboratoire, et l’influence du combustible utilisé étudiée. Une campagne de mesure « de faisabilité » chez 6 volontaires a ensuite permis de confirmer les résultats de laboratoire (notamment des émissions importantes en NO2, quel que soit le type de PAP), et de tester des protocoles (questionnaires...) pour une future enquête épidémiologique.

Dans une 2ème phase de MP3 (actuellement en cours – fin prévu en juin 2012), des chercheurs du secteur de la santé (PIPLE) ont été associés au projet, pour définir les protocoles de cette enquête épidémiologique. Les partenaires ont également sollicité une équipe de SHS (CLERSE-MESH), afin d’étudier plus précisément les représentations et les pratiques des usagers.

 

Etude soutenue par :

[ Information provenant de l'Appa Nord - Pas de Calais ]

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales