RETOUR - Page précédente

Evaluation de l'imprégnation environnementale en Eléments Traces Métalliques (ETM) à l'aide de lichens épiphytes : état des lieux sur le littoral dunkerquois en 2009.

En 2009, dans le cadre du PRSP, l'APPA et la Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille ont réalisé une actualisation de la cartographie de l'imprégnation environnementale du littoral dunkerquois par les Eléments Traces Métalliques effectuée en 2002.

 

 

En août 2009, l'arsenic, le cadmium, le mercure, le nickel, le plomb, le vanadium et le zinc ont été dosés dans des lichens épiphytes qui sont des organismes bioaccumulateurs d' Eléments Traces Métalliques. Les échantillons de lichens (Xanthoria parietina) ont été prélevés sur une trentaine de sites de l'agglomération de Dunkerque, qui étaient les mêmes que ceux choisis lors de l'étude menée en 2002. Les résultats obtenus montrent que la zone la plus imprégnée reste la zone industrialo portuaire, notamment au niveau des villes de Dunkerque, Grande-Synthe, Fort-Mardyck et St Pol sur Mer, qui concentrent un grand nombre d'établissements industriels. L'évolution des concentrations des différents éléments n'est pas notable et seule l'augmentation des concentrations en mercure apparaît statistiquement significative. Les concentrations en arsenic, plomb et zinc ont tendance à diminuer, tandis que celles de cadmium, nickel et vanadium ont tendance à  augmenter. Ceci est concordant avec l'évolution des rejets industriels recensés par la DRIRE et les mesures effectuées par le réseau ATMO (sauf pour le cadmium dont les rejets industriels diminuent mais les teneurs dans les lichens augmentent).


Les zones dans lesquelles les concentrations en ETM sont les plus importantes sont les zones industrielles mais aussi urbaines, ce qui signifie qu'une part relativement importante de la population peut être exposée à ces polluants via l'environnement en plus des autres voies d'exposition (tabagisme, milieu professionnel...). Ces données seront donc à rapprocher des résultats des dosages d'éléments traces obtenus dans les enquêtes épidémiologiques en cours dans cette zone.

  

Ce travail a reçu le soutien financier du Plan Régional de Santé Publique (PRSP) et de la Communauté Urbaine de Dunkerque.

 

         

 

Contacts:

- Marie-Amélie CUNY, Chargée d'études à l'APPA Nord-Pas de Calais

- Damien CUNY, Professeur à la Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille

 

 

 



conclusions de l'étude
article Cuny et al Air Pur 77
[ Information provenant de l'Appa Nord - Pas de Calais ]

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales