RETOUR - Page précédente

Pollutions atmosphériques et santé environnementale.
Quels enjeux ? Quels acteurs ? Quelles préventions ?

À un moment où la santé environnementale en France est l’objet d’une attention inédite et d’interrogations renouvelées, ce projet cherche à se pencher sur l’émergence, le développement, mais aussi les limites de la connaissance sanitaire et son articulation avec les enjeux environnementaux dans la perspective d’une prévention et d’une réponse bien comprises aux questions que soulève la pollution atmosphérique.


Même si la pollution atmosphérique ne constitue qu’un segment d’une réalité écologique beaucoup plus vaste se traduisant par des transferts de polluants dans l’ensemble des compartiments de l’environnement, c’est son impact direct sur la santé humaine qui constitue aujourd’hui l’aspect sur lequel se polarisent en premier lieu les inquiétudes des populations et les préoccupations des décideurs. Elle a considérablement bénéficié, depuis les années 1990, du développement des études épidémiologiques, qui ont profondément renouvelé la perception de la dimension sanitaire de la pollution en établissant de manière multiforme et de plus en plus nette les atteintes à la santé des populations, la morbidité et la mortalité dont elle était responsable. En même temps, ce développement scientifique, apparu à partir d’outils nouveaux, s’inscrit de manière sensiblement décalée par rapport aux approches classiques dans un tissu collectif lui-même soumis à des transformations de très grande ampleur, dont il semble, en quelque sorte, épouser les logiques nouvelles. Il porte fondamentalement la marque de la complexité et de l’incertitude et se donne ainsi à lire individuellement et collectivement à travers la thématique du risque. De caractère statistique, non déterministe, les travaux des épidémiologistes ont permis une caractérisation suffisamment pertinente des phénomènes pour en établir la validité, sans rendre cependant possible une appréhension suffisamment détaillée et fine correspondant aux schémas causaux classiques. D’où l’embarras des populations et des décideurs qui cherchent à appuyer sur ceux-ci leurs initiatives d’action et à apporter des réponses aux inquiétudes introduites par cette nouvelle appréhension.


Tel est schématiquement présenté le contexte que nous souhaiterions explorer à travers l’étude proposée ici qui comportera trois volets différents. Le premier consistera à mettre en perspective la percée des travaux épidémiologiques développés en France depuis une quinzaine d’années, et à mettre en évidence les transformations épistémologiques, mais aussi pratiques, qui y sont liées en même temps que leur apport à la constitution d’une véritable problématique de la santé environnementale, dont on peut dire qu’elle n’avait probablement jamais existé auparavant. Simultanément, nous illustrerons à travers la problématique de l’alerte et ses faiblesses la difficulté à rendre sensible collectivement la nouvelle réalité issue du développement des réseaux de mesure et des avancées de l’épidémiologie. Le deuxième volet de l’étude consistera à appréhender dans une perspective de sciences politiques, les difficultés à inscrire cette nouvelle configuration dans une véritable perspective de prévention, en examinant sous divers angles les relations entre les professions de santé, le public et les structures de décision. On s’intéressera à la fois à la pratique et au rôle des médecins généralistes et pédiatres et au fonctionnement de structures spécialisées dont on peut penser qu’elles constituent l’interface entre les institutions de l’environnement, de la santé et les décideurs politiques. On s’attachera en particulier à la question de la relation entre pollution et canicule, ouvrant ainsi le champ à l’analyse des relations entre pollution et réchauffement climatique. Le troisième volet de l’étude, à la fois géographique, socio-politique et psycho-sociologique, s’efforcera de cerner dans les contextes urbains, différents aspects des dynamiques pratiques multiples qui s’élaborent ou se mettent en place face à ces questions, tant en ce qui concerne la planification et la rénovation urbaine que les réflexions et les développements concernant la qualité de la vie ou encore les perspectives relatives à l’air intérieur et à l’habitat.

Résultats attendus

Il s'agit d'une véritable mise à jour de la façon dont s’articulent dans le contexte contemporain d’approfondissement de la crise environnementale, les réponses collectives à la question de la pollution atmosphérique et, donc, de promouvoir une lecture extensive, cohérente mais aussi plurielle de ces développements que les approches fragmentées que l’on en a en général ne permettent pas véritablement de saisir.
 

Equipe de recherche

1. Fractal, 5 rue Guillaumot, 75012 Paris, Tél. 01 43 46 86 14 ; e-mail : lio.charles.fractal@&noos.fr
   
2. Equipe de l’APPA :
Isabelle Roussel : Professeur émérite à l’Université de Lille1-
Bernard Festy Professeur émérite à l’Université de Paris VI-

3. Equipe de chercheurs associés : (Docteurs en sciences politiques)  sous la direction de Pierre LASCOUMES (Centre d'Etudes de la Vie Politique Française, CEVIPOF) :
Franck Boutaric,  Renaud Crespin, Isabelle Vazeilles, Yannick Rumpala.

Responsable scientifique :
Lionel Charles  : lio.charles.fractal@noos.fr

 

Sur le même thème : Séminaire de restitution du programme Primequal

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales