RETOUR - Page précédente

Biosurveillance végétale en milieu agricole

 

Cette étude, menée en partenariat avec la Faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques de Lille, associait biosurveillance végétale et mesures physico-chimiques dans une première approche de l’évaluation des risques sanitaires liés à la qualité de l’air en milieu agricole.

En 2011 et 2012, des végétaux (pothos dans les logements et locaux phytosanitaires et ray-grass à l’extérieur) ont été exposés pendant une semaine dans 20 exploitations agricoles au total, simultanément aux mesures de pesticides réalisées par ATMO NPDC. Le test des comètes a ensuite été pratiqué sur les feuilles pour évaluer le caractère génotoxique de l’air de ces environnements. En 2012, les concentrations de 20 composés organiques volatils (COV) et 9 aldéhydes ont été mesurées à l’aide de tubes passifs. Les résultats montrent des effets sur l’ADN très limités (quels que soient le site et l’environnement), qui ne sont pas liés aux pesticides ni aux COV, et très faiblement aux aldéhydes.


Les concentrations en pesticides sont assez faibles (sauf dans un local phytosanitaire) et souvent du même ordre de grandeur dans les trois environnements. Les teneurs en aldéhydes et COV sont plus élevées à l’intérieur des logements mais restent dans la gamme de celles mesurées dans les logements français (enquête OQAI). Toutefois, la valeur guide en formaldéhyde est dépassée dans la moitié des logements investigués. Au terme de l’étude, des conseils ont été donnés à l’ensemble des agriculteurs pour limiter leur exposition aux polluants dans leurs habitations et locaux phytosanitaires (aération, choix et stockage des produits…).

 

Retrouver toutes les études menées par le comité Nord - Pas de calais

sur la biosurveillance sur le portail dédié : biosurv.appanpc.fr

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales