RETOUR - Page précédente
Lichen

Bioindication lichénique de la qualité de l’air dans l’Audomarois à l’aide des macrolichens épiphytes : Etude de l’influence des composés azotés

 

  

Cette étude a été réalisée par l'APPA, le laboratoire de Botanique de la Faculté de Pharmacie de Lille et le Laboratoire de Pollution Atmosphérique de l'INRA de Nancy en 2006.

 

 

Le but de ce travail a été d’étudier plus finement l’influence des composés azotés sur la flore lichénique épiphyte (se développant sur les arbres). Il a également permis d’aborder les impacts des sources à la fois industrielle, routière et agricole. Ce travail a été réalisé sur la région de Saint-Omer.

 

 

Nous avons ainsi pu obtenir des données objectives sur les impacts de ces polluants et obtenir une méthodologie pour le suivi de ces impacts.

Les résultats ont mis en évidence la présence de composés azotés (NO2, NH3) sachant que celle-ci ne semble pas inquiétante à ce jour sur la région audomaroise. Les taux observés sont en dessous des seuils de recommandation de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et ne présentent aucun danger pour l’homme. Des émissions ponctuelles anormales d’ammoniac ont cependant été observées, mais leur source reste inconnue.

Les relevés lichéniques ont également montré une nette prédominance des espèces lichéniques nitrophiles au détriment des espèces acidophiles. Aucun lien direct n'a pu être établi entre la pollution azotée et le développement des espèces nitrophiles. Leur expansion peut être due à une nitrification des écorces, à une pollution atmosphérique azotée de fond, ou a été favorisée par la diminution de la pollution acide.

 

Contacts :

Laetitia Davranche, chargée d'études à l'APPA Nord - Pas de Calais

Damien Cuny, Professeur à la faculté de pharmacie de Lille 

 

Crédits photos : APPA NPC 

Etude soutenue par :

[ Information provenant de l'Appa Nord - Pas de Calais ]

Contacter le webmaster Consulter les mentions légales